Représentations du vélo et obstacle à son utilisation à La Chaux-de-Fonds

L'étude porte sur les modes de déplacement des Chaux-de-Fonniers en général, l'image qu'ils ont du vélo en ville et les obstacles à son utilisation.

Mémoire de Marie-Claire Pétremand

En savoir plus ...

Mobilité, sécurité, aménagement et usages dans la zone piétonne de Neuchâtel.

Mémoire de Maël König

En savoir plus ...

Enquête vélo à la Chaux-de-Fonds

26.11.2015- L'enquête vélo réalisée cet été à La Chaux-de-Fonds a livré ses résultats.

 

L'étude porte sur les modes de déplacement des Chaux-de-Fonniers en général, l'image qu'ils ont du vélo en ville et les obstacles à son utilisation.

 

Télécharger l'étude

 

Ce que révèle cette étude: le principal obstacle n’est ni le climat, ni la topographie, mais le sentiment d’insécurité lié à un important volume de trafic, des vitesses élevées et un manque de respect de la part des automobilistes.

 

Les attentes d’une amélioration de la situation par des mesures en faveur du vélo sont très élevées.  Les cyclistes indiquent qu’ils utiliseraient encore davantage le vélo et plus de 50% des non-cyclistes seraient prêts à l’utiliser!


Ce travail avait pour but de déterminer si la Ville de la Chaux-de-Fonds est adaptée au vélo, quels sont les obstacles à son usage et quelle est l’image du vélo chez les habitants. Les réponses à ces questions sont élaborées à partir de la littérature spécialisée, d’interviews de personnalités chaux-de-fonnières et d’un questionnaire adressé aux habitants de la ville en été 2015.


L'enquête a été conduite par Madame Marie-Claire Pétremand dans le cadre de son travail de mémoire en environnement urbain à l'Université de Neuchâtel, et les résultats  sont mis à disposition de la Ville et intégrés dans le plan directeur communal des mobilités, actuellement en cours d'élaboration.

La cohabitation piétons - transports publics

13.11.2016 Mobilité, sécurité, aménagement et usages dans la zone piétonne de Neuchâtel
Master of Science in Geography, Maël König, 2014

Télécharger le mémoire

En milieu urbain la compétition pour l’espace, ressource précieuse et limitée, amène les urbanistes à faire cohabiter différents modes et moyens de transport sur une même voirie. L’idée d’une voirie multimodale à vitesse apaisée séduit, car elle devient le théâtre d’expression de pratiques et d’usages variés tout en générant un minimum d’exclusions grâce à une accessibilité remarquable.

Pour réguler la vitesse et pour créer des espaces « à vivre », différents types d’aménagements existent : la zone 30, la zone de rencontre et la zone piétonne. En effet, faire cohabiter différents usagers disposants de caractéristiques qui leur sont propres nécessite de limiter les différences de vitesse, de débit et de vulnérabilité entre les usagers (Conseil National des Transports, 2004), afin d’éviter l’émergence de conflits d’usage et de garantir la sécurité pour tous.

En plein paradigme de l’urbanité et de la lenteur, les préoccupations à l’égard du piéton grandissent. Dans cette optique, ce mémoire analyse, en mettant l’accent sur l’expérience piétonne, un cas concret de cohabitation entre les transports publics et les piétons dans la zone piétonne de Neuchâtel. Notre analyse s’appuie sur l’adéquation entre les trois indicateur de la qualité urbaine : la forme, la fonction et l’usage (Alonso-Provencio, 2014) et prend en considération les différents effets d’une voirie partagée sur une multitude de thématiques, telles que la mobilité, la sécurité, l’aménagement, la temporalité, l’activité commerciale, les pratiques et les usages de l’espace.